La céramique rugueuse claire de Germanie

Xavier Deru

La céramique rugueuse claire (RUA) rassemble un répertoire de récipients à feu ; les récipients sont tournés et cuits en mode A (oxydant), pouvant être couvertes d’un engobe rouge (RUA1) ou être enfumés (RUA3) ; les surfaces ne sont pas lissées, les inclusions de la pâte donnant généralement un aspect rugueux aux surfaces.

C’est à partir du IIe s. que la céramique à feu apparaît en Germanie inférieure. Comme la plupart des répertoires des céramiques culinaires, elle comporte des plats (A), des marmites (J), des pots (P), des bouilloires (CR) et des couvercles (CV).

Dans la région intégrée dans la tradition typologique allemande, il existe plusieurs classifications, tout d’abord celles issues des camps militaires (Hofheim et Niederbieber en particulier), ainsi que leur synthèse réalisée par Gose, ensuite, nous avons la typologie de Stuart portant sur le mobilier de Nimègue ou celle de Vanvinckenroye pour Tongres, enfin des typologies caractérisant les productions d’ateliers, notamment ceux de Tongres, Cologne ou Heerlen.

La typologie de Vanvinckenroye nous paraissait la plus complète et sert de référence principale, bien que nous ayons ajouté des variantes ou certaines formes issues de sites de production ou de consommation. La typologie, elle-même, a été reclassée et ne suit pas exactement l’ordre de la numérotation. Le préfixe principal est « Vanvinck. » ; pour une forme on fait référence aux productions de Heerlen (« Heerlen ») ; pour les couvercles, nous faisons référence à la Rhénanie (« Rh. »).

Gose E., Gefässtypen der Römischen Keramik im Rheinland, Kevelaer, 1950, 47 p., 61 pl. (Bonner Jahrbücher, Beiheft 1)

Hanut Fr., « Le faciès céramique de la cité des Tongres : les principaux constituants d’un répertoire », dans Actes du congrès de la Société française d’étude de la céramique antique en Gaule. Chelles 2010, Marseille, 2010, p. 331-346.

Höpken C., Die römische Keramikproduktion in Köln, Mayence, 2005, 659 p., 180 pl. (Kölner Forschungen, 8)

Stuart P., Gewoon aardewerk uit de Romeinse legerplaats en de bijbehorende grafvelden te Nijmegen, Leyde, 1977. (Beschrijving van de verzamelingen in het Rijksmuseum Kam te Nijmegen, 6)

Van Kerckhove J., Boreel G.L., « A Characterization of the Pottery Production in Heerlen (Limburg, the Netherlands): Fabrics Analysis and Typo-Chronology », dans Römische Keramik in Nierdergermanien. Produktion – Handel – Gebrauch, Darmstadt, 2014, p. 241-285. (Xantener Berichte, 27)

Vanvinckenroye W.Gallo-Romeins aardewerk van Tongeren, Tongres, 1991. (Publikaties van het provinciaal gallo-romeins museum te Tongeren, 44)

Vilvorder F., Hartoch E., Vanderhoeven A., Lepot A., « La céramique de Tongres, quatre siècles de production d’une caput ciuitatis », dans Actes du congrès de la Société française d’étude de la céramique antique en Gaule. Chelles 2010, Marseille, 2010, p. 241-256.